Newsletter

Votre adresse mail est utilisée uniquement pour vous envoyer nos lettres et messages d’information. Vous pouvez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet en fin de chaque lettre et message.

Pierre-Lin Renié ̸

vu par Pierre Dourthe
Dossier mis à jour le 30 août 2021

L’œuvre d’art - dans son historicité - pose...

L’œuvre d’art – dans son historicité – pose la question de la représentation et de son rapport à la vérité ; elle interroge de fait sa nécessité. Pour quelle raison représente-t-on ? Pourquoi faisons-nous des images ? L’enjeu de la photographie, ce sont les images ; le propre de la photographie, c’est la présentation des images. Il s’agit, dans le geste de leur production, de leur garantir un statut. Le photographe est conduit à se donner un langage, qui est, comme tout jeu, guidé par des règles qui déterminent ce qui fait sens.

*

Chez Pierre-Lin Renié, la photographie est une activité (dans le sens où elle ne se suffit pas d’une théorie). La photographie est pensée comme image de la réalité – une réalité que comme tout langage elle recompose. À la prise de vue et à la forme qui la restitue, il fallait donc procurer une efficacité, qui impliquait l’invention de règles.

Pierre-Lin Renié produit une collection photographique de caractère descriptif, dans la liberté de sujets qui ne sont liés ni par un récit qui constituerait un tout, ni par une relation qui pourrait être perçue comme l’indice d’une hiérarchie. La grammaire de cette collection se caractérise par l’hétérogénéité des registres, une description privée d’ampleur lyrique, à distance de la tentation psychologisante. La construction prime sur l’évocation pour l’ensemble des modalités de présentation choisies (livre d’artiste, exposition, publication en ligne). La démarche générale du travail s’appuie sur une attention au temps comme principe d’un jeu de règles, dont il faut expliciter la raison d’être et l’intérêt.

Les suites photographiques, qu’elles soient imprimées dans le corps d’un livre, exposées dans un lieu ou émises par le canal de terminaux numériques, sont régies par un dispositif de recomposition temporelle ; c’est dans ce principe, ainsi que dans celui équivalent du montage, que doit être décryptée la loi de la forme de l’œuvre. L’articulation particulière de ces deux types d’association est cette démarche problématique qui constitue l’œuvre. Une simple variation des paramètres temporels, une grille de montage répondant à des critères autres, proposerait une appréhension différente de la réalité. Chaque livre d’artiste, chaque exposition possède son rythme propre. Puisées dans le corpus, les images sont réutilisables. Le plus souvent, la relation des images entre elles est conçue de telle manière qu’existent plusieurs temps à la fois, dans le processus de déconstruction d’un récit possible et de sa qualité temporelle.Les choix d’une temporalité singulière associés à la liberté des combinaisons sont des décisions essentielles à l’élaboration de l’œuvre et à ses significations. S’y ajoutent aussi une réflexion sur des modes spécifiques de production et de diffusion pour les livres d’artiste, et des projets qui privilégient des supports alternatifs dans la présentation du matériau collecté (drapeaux, affiches, usages divers de l’internet).

*

Le travail photographique de Pierre-Lin Renié est conceptuel dans sa construction et dans la forme de sa présentation, mais il ne produit pas de thèse ; sa perspective est celle de quelqu’un qui se trouve à l’écart. Son activité se caractérise par le souci de décrire et non d’expliquer. Si la façon dont l’artiste utilise les images est au cœur de la question du rapport de la représentation au réel, la précision avec laquelle il établit des règles pour soutenir sa pratique est la garantie que s’exerce une pensée.

Autres textes à consulter