Newsletter

Votre adresse mail est utilisée uniquement pour vous envoyer nos lettres et messages d’information. Vous pouvez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet en fin de chaque lettre et message.

Benoit Pierre ̸

Dossier mis à jour le 24 août 2021

Cinéma expérimental

 

Projet (2002-2005)

Le musée Léon Dierx souhaite ouvrir sa programmation, dès la rentrée prochaine, à un cycle de “cinéma expérimental”. En complémentarité avec les propositions existantes sur l’île, il espère apporter ainsi sa contribution à la réflexion sur l’idée d’image en mouvement et sur son sens. En marge, en parallèle, parfois en réaction à un cinéma qui n’a cessé d’utiliser la narration, la fiction ou la figuration pour se construire voire pour faire recette, un autre cinéma s’est intéressé à la spécificité du médium et aux conditions de perception qui lui sont propres.

Ce cinéma indépendant a interrogé l’image avec une approche que l’on peut qualifier de moderniste, en s’intéressant à toutes les étapes de fabrication du film, de la prise de vue, aux différentes formes de manipulations chimiques qui le constituent, et cela depuis son origine. Ne cessant d’intégrer des artistes de disciplines et d’horizons divers, il s’est nourri des singularités et des expériences de chacun, ajoutant ainsi à son attitude moderne, une ouverture transversale. Dans le parcours que propose ce cycle seront présentés des grands noms qui ont fait l’art du siècle dernier, tel que Marcel Duchamp, Man Ray, Fernand Léger, Cocteau, Jean Genet, Yves Klein, des cinéastes piliers de cette “discipline” comme Jonas Mekas, Oskar Fischinger, Len Lye, Cécile Fontaine, Paul Sharits, Maurice Lemaître, Kenneth Anger, Mikael Snow pour ne citer qu’eux, mais aussi des artistes importants d‘aujourd’hui comme le sont Christian Boltanski, Robert Breer, William Kentridge, Peter Kubelka, Douglas Gordon pour ne citer qu’eux, là encore. Ce parcours n’oubliera pas d’autres artistes moins connus mais dont le travail mérite plus qu’un détour, il pourrait s’agir de Nicolas Rey, Yann Beauvais, Olivier Fouchard, Gaëlle Rouard, Métamkine, Anne-Marie Cornu dont nous pouvons facilement espérer la venue.

À l’exception du Sud-Africain William Kentridge (dont le musée espère la venue), ce programme peut apparaitre très axé sur les productions européennes de l’hémisphère nord. Le musée se donnera pour mission d’élargir ce regard en allant explorer la zone de l’Océan Indien et en se connectant au réseau international. Nous avons dès à présent connaissance d’un vivier créatif en Australie, au Japon et bien sûr en Afrique du Sud, mais tout le travail reste à faire pour connaître ces territoires.

Le musée, sous la direction de Laurence Le Cieux, a confié la programmation et la coordination du projet à Benoît Périer qui aura à cœur de proposer en partenariat avec les acteurs culturels et éducatifs de La Réunion des initiatives en lien avec les projections : expositions, installations, conférences, ateliers, publications, et pourquoi pas (un jour) productions...  

Cinéma sans histoire(s), 2004
Partenariat avec l’École des Beaux-Arts de la Réunion.
Avec la collaboration artistique de Nicolas Rey.
Photomontage créé pour le visuel du programme de La nuit des musées.
Musée Léon Dierx, Saint-Denis, Île de la Réunion, 2004.
Télécharger (8.8 Mo)