Considérant l’inexorable étrangeté, le corps échappé

  • Considérant l’inexorable étrangeté, le corps échappé, 2021
    Installation : tuyaux, dimensions variables
    Centre d’art téléphonique de Salmaise, 2021
    Remerciements : Lucas Condamine, et les Amis de Salmaise
    Crédit photographique : Sophie Mouron
  • Considérant l’inexorable étrangeté, le corps échappé, 2021 (détail)
    Installation : tuyaux, dimensions variables
    Centre d’art téléphonique de Salmaise, 2021
    Remerciements : Lucas Condamine, et les Amis de Salmaise
    Crédit photographique : Sophie Mouron

 

Au début, il y avait cette cellule, garante d’une intimité.
Un caisson enveloppant, à dimension presque humaine.
Et puis, ça l’a peu à peu phagocyté, jusqu’au franchissement de l’inconnaissable...

Sophie Mouron

 

  • Considérant l’inexorable étrangeté, le corps échappé, 2021 (détail)
    Installation : tuyaux, dimensions variables
    Centre d’art téléphonique de Salmaise, 2021
    Remerciements : Lucas Condamine, et les Amis de Salmaise
    Crédit photographique : Sophie Mouron
  • Considérant l’inexorable étrangeté, le corps échappé, 2021
    Installation : tuyaux, dimensions variables
    Centre d’art téléphonique de Salmaise, 2021
    Remerciements : Lucas Condamine, et les Amis de Salmaise
    Crédit photographique : Sophie Mouron
  • Considérant l’inexorable étrangeté, le corps échappé, 2021
    Installation : tuyaux, dimensions variables
    Centre d’art téléphonique de Salmaise, 2021
    Remerciements : Lucas Condamine, et les Amis de Salmaise
    Crédit photographique : Sophie Mouron
  • Considérant l’inexorable étrangeté, le corps échappé, 2021
    Installation : tuyaux, dimensions variables
    Centre d’art téléphonique de Salmaise, 2021
    Remerciements : Lucas Condamine, et les Amis de Salmaise
    Crédit photographique : Sophie Mouron