Newsletter

Votre adresse mail est utilisée uniquement pour vous envoyer nos lettres et messages d’information. Vous pouvez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet en fin de chaque lettre et message.

Laurent Le Deunff ̸

Dossier mis à jour en mars 2019

Exposition personnelle

My Prehistoric Past

Du 9 octobre 2021 au 20 mars 2022
Mrac Occitanie – Sérignan

Laurent Le Deunff, Collier de dents I (2020)
corde, papier mâché, albâtre, sapin, tilleul et chêne, 104 × 74,5 × 9,2 cm
crédit photographique : Aurélien Mole / courtesy Semiose, Paris

Le scénario de l’exposition My Prehistoric Past consacrée à Laurent Le Deunff est narré par des trompes d’éléphants, des chats baillant et narguant le visiteur dans des ateliers d’artistes ou encore des vers de terre creusant un terrier dans un décor minimal - minéral. L’exposition se déroule telle une fable prétexte à libérer l’imagination où les frontières entre fiction et réalité sont brouillées. Dans ce contexte, My Prehistoric Past est une invitation à une exploration, une machine à voyager dans le temps. Il s’agit de donner à voir un récit pluridisciplinaire d’une culture riche de sensibilité, adroite et ambitieuse. Laurent Le Deunff présente avec humour son archéologie à travers l’univers infini de la création des formes. Les motifs, les figures et les scènes entretiennent des relations évidentes avec la nature, l’enfance et l’artisanat, et produisent de multiples résonances à la fois anecdotiques et hantologiques {note}1.

Laurent Le Deunff aime transformer les espaces et jouer avec les codes muséographiques des musées d’Histoire naturelle ou de civilisation : diorama, trompe-l’œil, cabinet de curiosité, tapisserie... Les dispositifs scénographiques interrogent le « fake », les liens entre artisanal et industriel, profane et sacré. Les sculptures, les dessins, les bas-reliefs qui jouent sur les degrés d’échelles s’incrustent dans des paysages et composent un environnement immersif. L’espace d’exposition et l’espace des œuvres sont à la fois superposés et dissociés. My Prehistoric Past se présente alors comme un espace d’histoire en devenir, un champ imaginaire dont le but n’est pas de restituer le passé mais de générer des images et des histoires. L’artiste propose plusieurs strates temporelles et narratives qui se superposent et s’enchevêtrent pour créer un récit plurivoque proche du montage cinématographique. Les œuvres peuvent être appréhendées alors comme des micro- fictions laissant le spectateur réaliser le montage final. [...]

Clément Nouet

commissaire de l’exposition
extrait du communiqué de presse

1L’hantologie est un néologisme introduit par le philosophe français Jacques Derrida : mot-valise composé de hanter et d’ontologie, désignant ici « l’accumulation et la résurgence de traces fantomatiques du passé dans la création » (Le Temps, 10 octobre 2015)

Autre actualité à consulter