Newsletter

Votre adresse mail est utilisée uniquement pour vous envoyer nos lettres et messages d’information. Vous pouvez à tout moment vous désabonner en cliquant sur le lien prévu à cet effet en fin de chaque lettre et message.

Yves Chaudouët ̸

Dossier mis à jour le 1er oct. 2017

Batterie fragile

La Batterie fragile a été réalisée à l’École supérieure d’art des Pyrénées — Pau Tarbes, site de Tarbes avec le concours de la céramiste Marjorie Thébault. La Batterie fragile a été jouée pour la première fois par Bernard Lubat au Château de Monbazillac, à l’occasion de l’exposition personnelle d’Yves Chaudouët sur une invitation des Rives de l’art. Par la suite, elle a été activée par Valentina Magaletti, Fawzi Berger, Edward Perraud. Un vinyle VALENTINA PLAYS THE BATTERIE FRAGILE est édité par Un je-ne-sais-quoi en 2017. Ce projet a reçu le soutien exceptionnel de la DRAC Occitanie.

Une batterie comportant un certain nombre de fûts et de cymbales, de formes et de sons différents, fonction de leurs formats et cuissons. Première étape de la recherche : enraciné dans les épisodes précédents de mon travail sonore, notamment la table musicale de Conférence Concertante, la Table de ping-pong en verre, des cymbales en grès réalisées pendant le premier semestre etc. Entre chaque occurrence, les instruments sont améliorés par Marjorie Thébault et les étudiant.e.s impliqués, selon nos observations.

> consulter la liste des Occurrences

Batterie Fragile, 2015-2019
porcelaine, acier chromé, dimensions variables
Collection Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA
Six reproductions photographiques et détails de l’œuvre entrée dans la collection du Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA en 2017
Crédits photographiques : Jean-Christophe Garcia / Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA

 

Vue de l’atelier, 2017
Crédit photographique : Richard Porteau

Vue de l’exposition au Château de Monbazillac, 2016.
Bernard Lubat découvre la Batterie fragile.
Crédit photographique : Michel Le Ray

> Consulter la captation sonore

 

© Adagp, Paris